LES GÉANTES 

Oeuvre pluridisciplinaire / 2017 /  Dakar

 

«Les Géantes», qui sont pour moi les femmes, est un projet en mouvement dont les 4 premières installations questionnent la place des femmes dans la société sénégalaise, à travers les axes du mariage, du travail et de la transmission. Pour ces oeuvres, je me suis nourrie à la fois de la culture de ma terre d’accueil depuis 2017, le Sénégal, et de mes origines française/bretonne.

 

Les ReinesLes Géantes
00:00 / 07:11

Les Reines

Installation / Bande sonore avec casque, 9 photographies 9 bassines 

Trois femmes employées de maison ont accepté de témoigner de leurs difficiles conditions de travail, à travers leurs voix et leurs mains. Les bassines en plastique utilisées par les femmes dans les maisons deviennent le cadre circulaire et contraignant, à l’image de ce cadre de travail épuisant et répétitif.

Avec les témoignages d'Agnès Correa, de Ndack et de Philomène Badiane / Dakar 2017

 

« Elles sont longues, les Géantes. Les ombres des Géantes s’étirent depuis le cœur jusqu’à la peau, transpercent toutes les couches de l’homme. Les Géantes n’ont qu’un seul objectif : broder l’homme dans sa vérité. Elles soufflent sur le monde en pleurant les coups qu’elles reçoivent, les silences qu’elles essuient, les larmes qu’elles sacrifient. C’est le souffle du divin, de l’amour inconditionnel. Car elles ne posent pas de conditions pour aimer, les Géantes. Les trésors qu’elles offrent, elles les laissent là, les mains ouvertes et l’âme immense. On les rencontre dans les yeux des enfants. On les croise dans les rides des vieilles. On les devine derrière l’épaule d’un homme. On les aperçoit sur les mains des morts. La paix se dépose sur l’âme de quiconque aura su reconnaître une Géante. Car elles sont discrètes, les Géantes. Elles glissent sur les fils tendus entre les temps et les remords, et cousent. L’amour est le fil. Le verbe est l’aiguille. Leur maille est partout, pourvu qu’on y fasse attention. Dans cette entreprise, elles façonnent l’œuvre la plus inimaginable, la plus inouïe, et pourtant la plus proche de tous : l’humanité. Si vous reconnaissez une Géante, dîtes-le lui avec les yeux. Elle comprendra. »

Extrait du texte «Les Géantes» (SLH), 2016, France

Le Prince Charmant

Installation / 2,50m x 2m / Tissus brodés, structure en bois, fil à linge, pinces à linge 

J’ai demandé à 3 jeunes filles sénégalaises (de 13, 19 et 24 ans) non mariées de me décrire leur mari idéal, et l’image de la femme qu’elles souhaiteraient incarner plus tard. Ainsi se trouvent brodés leurs rêves ou peurs, à l’image des anciens trousseaux que cousaient les futures mariées en Europe autrefois.

Témoignages anonymes

 

Constellation des Anciennes

Huile sur toile / 210cm x 90 cm 

Les grand-mères m’évoquent ces pierres solides et intemporelles, à l’image des menhirs bretons érigés pour des cérémonies rituelles. Cette « constellation » questionne la notion d’héritage traditionnel et cellulaire des lignées de femmes.